SCULPTEZ VOTRE MENTAL !

Chaque jour, nous avons la possibilité d’organiser au moins un minimum d’activités par nous-mêmes. Nous sommes libres de nos mouvements et de choisir d’agir dans tel ou tel sens. Le temps passé est alors mesurable, tout comme le résultat. Mais en ce qui concerne les pensées, c’est beaucoup plus fouillis. On peut certes observer qu’on a eu telle discussion, qu’on s’est penché sur tel travail. Mais pour le reste ? A quoi ai-je pensé en me levant, dans les transports, voire même tout en discutant avec quelqu’un ? Et qu’en a-t-il résulté ? Bien souvent, nous n’en avons pas la moindre idée, de sorte que nous subissons nos pensées. Et si cela était réversible ?

 

LE BALAI INCESSANT DES PENSEES

A partir du moment où l’on se réveille, les pensées finalement, ne s’arrêtent quasiment jamais. Il y en a de toutes sortes : positives ou négatives, j’en ai parlé dans mon article sur le doute.

Il semble, vu leur nombre (entre 40 et 60.000 par jour) qu’il soit juste absolument impossible de s’en rendre compte et d’avoir une prise sur elles….

Ce qui est bien embêtant car la pensée nous impact. Selon qu’elle est optimiste ou non, constructive, pleine d’espoir. Ou son contraire. Chaque pensée est opérante. Elle influe sur notre ressenti. Elle nous transforme.

Imaginez un instant notre immense pouvoir si nous pouvions maîtriser ce flux de pensées dans le sens que nous voulons.

 

LA SCULPTURE DU MENTAL, DEFINITION

C’est ce qu’on appelle la sculpture du mental… et c’est possible. Oh pas dans le détail. Mais dans les grandes lignes. Le cerveau est bien assez intelligent pour faire rentrer dedans toutes les pensées subsidiaires. Et oui, le cerveau peut classer les pensées et les incliner dans un sens ou dans un autre.

 

AU TOUT DEBUT, IL Y A…

La vigilance ! La simple attention à notre discours intérieur. Si je remarque ce à quoi je pense en général, ce qui m’habite tout au long de la journée, alors je vais commencer à réaliser ce qui se passe en moi. C’est la première étape, la plus fondamentale, celle de l’état des lieux et de la prise de conscience.

 

DECIDER CE QUE JE VEUX PENSER

Par la suite, je peux me fixer un carnet de bord. Le terme est choisi à dessein : nous sommes chacun les capitaines de notre vie, allant d’un point à un autre, par les moyens que nous déterminons.

Il va s’agir de formuler un cap, les objectifs : ce que je veux.

Et des moyens : une structure solide et cohérente. Je vais choisir la manière dont je veux penser.

 

REFUTATIONS

Mais je le fais déjà, me direz-vous ! Je fais des choix en conscience, je tâche d’avancer à partir de principes et de valeurs qui m’ont été inculqués et que je partage, ou d’après des convictions que je me suis forgées.

Fort bien. Effectivement, pour penser comme je le veux, je vais tout simplement me redemader quels sont mes principes, mes valeurs, mes convictions profondes.

 

QUAND ON EST EN MODE « REPLAY »

Restent tous ces moments néanmoins où ce n’est pas vraiment moi qui pense. Je ne fais que radoter sans vraiment m’interroger. En politique, en morale par exemple. Est-ce moi qui parle ou quelqu’un qui a eu de l’influence sur moi ?

 

LA PETITE VOIX QUI VOUS DEMONTE

Et de manière plus pernicieuse : quand je me sens mal, qui pense en moi ? Là, il n’est plus question de valeurs et de convictions mais bien de ressenti pénible. Que se passe-t-il ? Et bien je m’applique tout simplement des jugements sur ce que je devrais être, là où je devrais en être, ce qui a été de bien ou pas, et je me condamne. Cette manière de penser est très en vogue dans nos sociétés modernes, encore imprégnées de morale kantienne (il faut, tu dois) et qui tendent vers l’auto-censure des individus, c’est la « police des consciences ».

 

DEBUSQUER ET INTERROGER LES EVIDENCES

Comment sortir de l’impasse de Big Brother ? En le débusquant. En repérant les pensées automatiques et en les interrogeant pour voir si elles résonnent toujours pour moi. Est-ce que je suis en cohérence avec elles ?

 

REMPLACER UN MESSAGE PAR UN AUTRE

 

Sculpter son mental, c’est choisir d’y regarder de plus près, explorer ma manière d’être, interroger les évidences. Et remplacer en toute conscience les messages périmés par l’expression forte de ce qui résonne pour moi.

 

 

DES IDEES DE FORMULATION

Parmi les formulations qui entérinent ce renouveau, il y a :

A PARTIR DE MAINTENANT, je

JE M’AUTORISE

JE REALISE

JE CHOISIS

JE REGARDE

J’AFFIRME

 

Une phrase qui a marqué un changement pour moi :

À partir de maintenant, je donne le meilleur de moi-même

Et vous, quelle a été votre phrase déclencheur de renouveau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *