SE RE-DECOUVRIR
Asterisk Ennéagramme : qui êtes-vous vraiment ?
06/02/2019 Isabelle in SE RE-DECOUVRIR / No comments

L’enneagramme, du grec ennea (neuf) et gramma (point), est un outil ancestral de connaissance des caractères humains. Mais c’est seulement à partir des années 1970 qu’il a été largement diffusé en Occident. Selon l’enneagramme, les caractères humains sont répartis en neuf « types », chacun de nous en choisit inconsciemment un dans l’enfance. Quand on connaît le « type » d’une personne, on sait pourquoi elle agit, ce qu’elle vise, ce qu’elle est amenée à éviter de manière compulsive, mais aussi (pour une part) ce qu’elle peut développer comme étant le meilleur d’elle-même. Cette méthode est tellement précise, ses domaines d’application si vastes (pour se connaître, communiquer en couple ou en entreprise), qu’elle mérite qu’on en saisisse les principaux traits.

Symbole

L’enneagramme est représenté par un cercle et neuf points numérotés comme ceci :

Les neuf types sont représentés par des numéros, avec des connexions les uns aux autres

9 types – 3 centres

Sur le cercle de l’enneagramme, les 9 types sont répartis en 3 centres, qui comprennent chacun 3 types. Les 3 types d’un même centre partagent une même focalisation : 

  • Le centre instinctif, celui des types 8,9 et 1, évoque un rapport privilégié à la colère, soit qu’on l’exprime de manière brute et extérieure, soit qu’on la retourne contre soi, soit qu’on l’évite à tout prix
  • Le centre émotionnel, celui des types 2,3 et 4, se réfère à un lien émotionnel prépondérant face à l’action, aux situations et aux autres
  • Le centre cérébral, des types, 5, 6 et 7, fait référence à un rapport cognitif au monde, à l’action, aux autres

Une orientation vers l’extérieur ou vers l’intérieur

Au sein de chacun de ces centres, un type va être davantage porté :

  • vers l’extérieur, vers les autres, vers l’action, vers le monde (les types 8, 2 et 5)
  • vers l’intérieur, le plus important étant en soi (les types 1, 4 et 7)
  • vers les deux en même temps… en ressentant un tiraillement (les types 9, 3 et 6).

Eviter une part “d’ombre”

Ne pas se voir, ne pas oser regarder une partie de soi qui nous gêne

Chacun de nous est motivé à agir pour éviter quelque chose qui lui semble trop affreux. C’est souvent inconscient mais c’est bien réel et les personnes qui sont d’autres types ne peuvent pas le comprendre. On agit en partie pour éviter d’avoir mal et en l’occurence :

  • Le 1 se blinde contre la colère qu’il ressent contre lui-même, colère de ne pas être exactement à la hauteur de son idéal
  • Le 2 refuse de reconnaître qu’il a des besoins ;  il s’épuise dans le service des autres, tout en attendant tacitement d’eux la reconnaissance qu’il est quelqu’un d’exceptionnel
  • Le 3 est effondré par la perspective de l’échec ; il enchaîne les succès extérieurs, visibles, dans lesquels il croie trouver sa valeur
Le 3 s’est construit sur ses succès ; si l’extérieur ne lui renvoie pas sa valeur, il s’effondre
  • Le 4 est écoeuré par la banalité et préfère vivre un désespoir intense qu’une morne routine ; il aspire là encore à être exceptionnel
  • Le 5 panique à l’idée du vide intérieur; il accumule les connaissances pour éviter de s’y confronter ; c’est la peur qui l’engage à savoir toujours plus
  • Le 6 redoute la déviance, le fait de ne pas être exactement conforme à la règle et d’être rejeté pour ses manquements ; il se suradapte mentalement pour correspondre aux attentes du groupe
Le 6 redoute le regard du groupe sur lui
  • Le 7 fuit frénétiquement la souffrance, il enchaîne les actions stimulantes, plaisantes, pour échapper à la perception mentale de sa finitude
  • Le 8 rejette sa faiblesse, instinctivement, il affirme donc avec vacarme qu’il est fort, juste et qu’il a raison
  • Le 9 se protège des conflits ; il adopte une position consensuelle qui lui évite de s’affirmer, de trancher, et de déplaire
Le 9 voudrait être aimé de tous

La “vraie” motivation à l’action

En miroir, on agit donc aussi en fonction de quelque chose qui nous attire plus que tout, et qui n’est pas rationnel, objectif, perceptible du dehors.

Et si on agissait en fait pour de mauvaises raisons, des raisons imperceptibles, qu’on se voile à nous-même ?
  • Le 1 voudrait tellement qu’on le reconnaisse pour la qualité de son action
Le 1 tâche d’agir parfaitement
  • Le 2 attend qu’on perçoive son dévouement pour les autres
  • Le 3 désespère que ses succès lui permette d’être reconnu pour sa valeur
  • Le 4 pleure dans l’attente que sa différence soit perçue et appréciée
  • Le 5 force l’accumulation de connaissances pour échapper à la sensation du vide intérieur
Le 5 le nez fourré dans ses livres !
  • Le 6 poursuit fébrilement un but : être valorisé pour sa droiture qui lui garantirait l’intégration, l’acceptation,  l’amour inconditionnel
  • Le 7 s’immerge dans une joie de vivre qui masque sa peur fondamentale de la mort
  • Le 8 vise l’affirmation de sa force quitte à tout détruire sur son passage, sans scrupule
Le 8 s’affirme. Un côté “rouleau compresseur” ?
  • Le 9 affiche indéfectiblement une paix intérieure qui cache une fragilité abyssale, le 9 ne sait pas exactement qui il est

Le type dans sa version “brute”

Le type dans sa version “brute” : une version animale de nous-même, réagissant à l’instinct, sur la défensive ?

On le voit bien, d’après ces types, chacun porte en soi un potentiel de névrose ! Il peut exister une obsession inconsciente à rechercher sa valeur, à fuir le vide intérieur, à gérer la colère ressentie. Chacune de ces obsessions peut être rattachée à un des « péchés capitaux » en lien avec la tradition judéo-chrétienne. Selon notre type, nous allons avoir tendance à être plus sensibles, réactifs à l’un ou l’autre :

  • Le 1 va se cristalliser sur la quête de la perfection pour lui même, et tomber malgré lui dans la colère quand il ne l’atteint pas
  • Le 2 qui se donne excessivement aux autres croit que lui, n’a pas de besoins. L’orgueil n’est pas loin…
Le 2 est toujours prêt à vous aider (même si vous ne lui demandez rien !)
  • Le 3, en multipliant les succès, va développer une forme de vanité et un penchant pour le mensonge : il est prêt à tout pour réussir… et ainsi trouver ce qu’il cherche vraiment derrière ce manège : la reconnaissance de sa valeur
  • Le 4, dans sa quête de différence, glisse tendancieusement vers la mélancolie, le rêve d’être à part ; il envie les autres
Le 4 est ressent tout intensément, il envie les destins particuliers, il jubile quand sa différence est perçue
  • Le 5, qui accumule des connaissances dans l’abstrait, pourrait bien devenir avare, et se détacher peu à peu du monde concret
  • Le 6, qui cherche à être reconnu comme étant une personne fiable, va douter de tout, et d’abord de lui-même mais aussi du monde qui l’entoure ; la peur est son guide
  • Le 7, pour éviter de souffrir, va enchaîner les expériences plaisantes et tomber dans l’intempérance
Le 7 a soif d’expériences plaisantes, son appétit de vivre est insatiable
  • Le 8 se vengera de celui qui lui aura révélé sa faiblesse, et il le fera avec excès…
  • Le 9, éternel consensuel, fuyant les conflits, peine à se décider et finit par ne pas agir, sombrant dans la paresse

Le masque

Le masque nous colle à la peau. On croit qu’il nous protège, que les autres ne le voient pas et pourtant, il est flagrant !

En situation de stress, nous allons déployer un masque, une attitude qui permet de cacher nos vraies motivations. Nous sommes dans le déni et le parfait mécanisme de défense.

  • Le 1, qui a montré malgré lui qu’il n’était pas parfait, veut cacher qu’il est piqué au vif. Il fait comme si il n’était pas en colère mais ça se trahit malgré lui
  • Le 2 qui se donne tant aux autres, finit par croire sincèrement qu’il n’a pas de besoins. Cet oubli de soi peut générer des maladies (le corps parle puisqu’on n’en prend pas soin), de la rancoeur mal dissimulée, du mépris pour les autres
  • Le 3 qui attend désespérément la reconnaissance de sa valeur dans ses succès, est complètement dépendant de l’avis des autres sur lui. S’il n’est pas adulé, il peut sombrer dans la dépression
En situation d’échec, le 3 se voit comme un loser
  • Le 4 est débordé par ses sentiments, l’envie qui le ronge
  • Le 5 se replie sur lui, se confine dans le travail intellectuel et l’observation.
Le 5 réfléchit et observe, indéfectiblement
  • Le 6 envisage le pire
  • Le 7 se crée une logique parfaite qui anesthésie sa souffrance.
  • Le 8 ne fait plus confiance qu’à lui-même ; tous les autres ont tort par principe
  • Le 9 se réfugie dans des addictions pour éviter de regarder la colère qui monte en lui et qu’il ne saurait pas gérer

La force de chaque type

Heureusement, si nous portons tous des attentes inconscientes, au-delà des mots, et qui peuvent nous ronger, notre type est aussi porteur de forces spécifiques, que nous arriverons d’autant mieux à déployer que nous nous connaissons vraiment ! Le travail de connaissance de soi nous équilibre et nous permet de déployer le meilleur de nous-même.

  • Le 1 qui se connaît et s’accepte est une personne de confiance, capable de porter des responsabilités et de se donner de manière ajustée
Un type à l’état d’équilibre se donne en fonction de ses talents et en se respectant vraiment
  • Le 2 qui a reconnu ses besoins est une personne à la fois généreuse et qui sait dire non pour se respecter
  • Le 3 qui ne recherche plus à tout prix sa valeur dans le succès reste une personne taillée pour l’action, l’entreprise
  • Le 4 qui s’est regardé avec bienveillance, qui s’est reconnu comme unique et aimable, pourra exercer son talent créatif spécifique et en tirer beaucoup de joie
  • Le 5, lorsqu’il a contacté ses sensations, lorsqu’il n’est plus simplement dans sa tête, lorsqu’il s’est enraciné, est une personne érudite et perspicace
Sortir des perceptions uniquement cognitives
  • Le 6, qui a aussi fait l’expérience de l’enracinement, de la relaxation, peut s’accepter avec ses forces et ses faiblesses, renonçant à s’identifier à la règle. Cela fait de lui une personne loyale, sur laquelle on peut compter, qui cerne les caractères et qui a des intuitions pertinentes
  • Le 7 qui a traversé sa souffrance est une personne joviale, qui relève des défis, dont l’enthousiasme est porteur
  • Le 8 qui reconnaît sa vulnérabilité peut mettre sa force bien réelle et très puissante au service des autres
  • Le 9 qui reconnaît qui il est, quelles sont ses valeurs, ce qu’il veut, et qui met ses actions en accord avec elles, est une personne ouverte à tous, avec de grandes capacités d’écoute, qui sait ménager les avis de chacun pour trouver un juste milieu satisfaisant pour tous

Les ailes et le potentiel d’évolution

Les circonstances de la vie nous amènent à évoluer, à changer de perspective

Tout au long de notre vie, notre expérience nous amène à évoluer. Nous sommes amenés à développer des talents supplémentaires. D’après l’ennéagramme, nous nous approprions les talents de l’un ou des deux types les plus proches du notre. Un type 9 peut développer une “aile” 8, en s’affirmant et en exprimant sa force. Il peut aussi se rapprocher du type “1” en devenant très attentif à agir parfaitement, consciencieusement.

Par ailleurs, et c’est ce que signifient les “flèches” dans le cercle, chaque type est relié à deux autres types. En état de stress, nous pouvons développer l’attitude compulsive de ces types. Mais en état dévolution harmonieuse, nous nous équilibrons en nous ouvrant aux talents liés à l’un ou l’autre. Ainsi, et de plus en plus au cours de notre vie, nous nous assouplissons et contactons d’autres types que notre type de base.

Dans la vie, nous poursuivons des quêtes, nous atteignons des sommets, nous franchissons des montagnes, et tout cela nous rend plus souples, plus humbles, plus proches les uns des autres

L’ennéagramme est pour conclure une grille de lecture complexe, qui aborde sans détour les possibles névroses de la nature humaine, tout en ouvrant sur ses forces, sa richesse, sa diversité. C’est un outil qui conduit à la connaissance de soi, qui contribue au développement personnel et à améliorer sa communication et ses relations en général.

Je vous ai donné ici un aperçu avec mes mots, mon appréciation. Il existe de nombreuses écoles, de grands auteurs pour aller plus loin, et aussi une notion que je n’ai pas abordée ici pour ne pas alourdir l’article, celle des “sous-types”, que j’aborderai bientôt.

Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à le commenter et à la partager !

Separator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *