MON DEFI !
Asterisk Roman : J+5 mois !
03/04/2019 Isabelle in MON DEFI ! / one comment

Il y a 5 mois, je m’engageais à rédiger un récit initiatique en 9 mois. Un récit qui permettrait d’illustrer les outils de développement personnel que je présente sur ce blog. De l’eau a coulé sous les ponts, et si je n’ai pas avancé côté roman, beaucoup de choses ont bougé dans ma vie (le fruit de ce travail de développement personnel ?), et j’ai bougé tout court : me revoici en Asie, sans date de retour. Je vis donc aujourd’hui ce que je voudrais partager à la fois sur ce blog et dans ce récit : le voyage qui permet de se connaître, de s’organiser, de se ressourcer et de transmettre. Il est donc temps pour moi de me lancer et je voudrais le faire avec les 3 axes suivants.

Cliquez ici pour lire l’article “Mon défi”

Un récit en « je »

Après réflexion, le seul récit qui me correspond est un récit introspectif, qui permet de saisir la subjectivité du héros, sa manière propre d’apprécier ce qu’il voit, ce qu’il découvre, et ce qui le fait bouger. Un héros qui connaisse le doute, qui soit traversé par des questions, qui tâtonne, fasse des erreurs et s’en relève. Il ne peut s’agir que d’une « vraie » personne, pas d’un idéal.

“Il ne peut s’agir que d’une “vraie” personne, pas d’un idéal”

Un héros qui partage ce qui le touche

Ce personnage ne peut partager que ce qui le touche, ce qui l’a marqué. Il ne peut pas agir comme un guide touristique ; il ne peut pas se contenter de faire l’inventaire d’outils de développement personnel. Il ne peut partager que ce qui l’a rejoint à un moment donné, et nous lecteurs, devons pouvoir le comprendre et découvrir l’outil à travers sa vie.

Une personne qui est touchée rayonne. On perçoit son rayonnement et on est fasciné. Mais qu’est-ce qui la provoqué ? C’est ce que je voudrais décrire.

Un travail d’écriture quotidien

Structure

Ce dernier point concerne mon organisation et aussi un certain réalisme par rapport au travail d’écriture. Il me semble que l’écriture de roman peut se comprendre comme un travail, avec son cadre, ses objectifs et sous-objectifs, jusqu’à des objectifs quotidiens. Inspiration et structure me paraissent compatibles (et je suis bien consciente d’en choquer certains en écrivant cela !).

Réconcilier inspiration et structure ?

30’ par jour

Je me fixe donc un travail de 30’ par jour. Si peu ? C’est pour qu’il soit réaliste. Je voyage en famille, et je sais que dégager 30’ de solitude est déjà une gageure. Par ailleurs, il me semble que beaucoup de choses évoluent en dehors des temps d’écriture, ceux-ci permettant juste de fixer ce qui a germé pendant le reste du temps. Enfin quand ce sera possible, je ne m’interdis pas d’y consacrer davantage de temps !

L’objectif comme ligne de mire

Je considère cet article et ceux de cette série comme un pense-bête, un fil directeur, un rappel personnel. La prochaine fois, je pense vous parler du profil de mon personnage principal puis du plan de mon roman.

Separator

One comment on “Roman : J+5 mois !

  1. Bravo pour ce come back, bravo de ne pas baisser les bras. J’ai parlé de vous à un patient qui cherchait à limiter l’emprise de son mental dans sa vie. Je lui ai dit qu’il existait des exercices à faire pour détecter son action et ne pas être dupe, représente le contrôle avec bienveillance. Une vidéo à recommander par hasard ?

    Merci par avance et bonne continuation.

    Sophie Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *