SE RESSOURCER
Asterisk Une manière efficace de gérer ses émotions
10/10/2019 Isabelle in SE RESSOURCER / No comments

Dans le podcast « Change ma vie » (que je vous recommande chaudement !), Clothilde Dussoulier présente des outils qui permettent de développer sa vie intérieure. Elle décrypte notamment le mécanisme des émotions, comment elles surgissent et comment les traiter. Pour y parvenir, elle propose, dans l’épisode 47, d’imaginer que l’on a en soi un centre d’accueil des émotions. Un lieu totalement dédié à la prise en charge des émotions, au moment où elles nous traversent. Cette image m’a tellement marquée que je souhaite développer la manière dont je me la suis appropriée, pour que vous puissiez vous en inspirer.

L’imagination rend tout possible, pour peu que l’accroche soit accessible

Ce qui me touche dans le podcast de Clothilde, c’est qu’elle a souvent recourt à des images simples, qu’on peut immédiatement s’approprier. Plutôt qu’un centre, j’ai pensé à une clinique, qui est un lieu habituel, qu’on peut facilement se représenter, avec son personnel à l’accueil, ses infirmières en blouse blanche, ses usagers assis dans la salle d’attente. J’aime à penser qu’il s’agit d’un lieu épuré, lumineux grâce à sa grande baie vitrée. Pour moi, ce lieu est relativement petit : il est… à taille humaine. 

Il y manque la lumière naturelle, mais sinon “ma clinique intérieure” pourrait ressembler à ça !

Les détails que j’y ajoutent et les personnes qui le fréquentent rendent ce lieu vivant

Il y a juste un comptoir derrière lequel se trouve la personne à qui l’on se présente en premier. Sinon, il y a des chaises.

Les infirmières viennent directement là ; elles s’assoient à côté de l’émotion qui vient d’arriver et je me vois toute entière, incarnant cette émotion. Je me figure des infirmières souriantes, pratiquant une écoute active, reformulant ce que je leur confie, sachant se taire à bon escient, poser un geste de réconfort au moment opportun. Avec elles, je m’ouvre complètement, je me sens pleinement comprise et réconfortée.

Quant aux clients alentours, ceux sont l’emprunte de mes états passés, qui me rappellent la palette de mes émotions. Parfois, l’un fait écho à l’autre. Il évoque l’apaisement après la tempête, et ce que j’en ai retiré. J’y puise un enseignement adapté.

Une place pour le spirituel, la résilience, la réconciliation

Dans ce lieu qui a des airs de paradis, j’ai ajouté un sanctuaire, derrière le comptoir. Là, il y a un accès direct à Dieu, en la personne de Jésus.

Parfois, Il sort de lui-même pour venir à ma rencontre, poser une main au-dessus de ma plaie. Parfois, c’est moi qui réclame de me rendre au sanctuaire pour y confier ce qui me paraît trop lourd et qu’une infirmière seule, quelle soit ses grandes qualités humaines, ne peut intimement rejoindre, car cela nous dépasse, elle et moi.

Dans ce cas, je franchis une porte incrustée dans le comptoir d’accueil. Puis le mur qui est derrière s’ouvre, et je me trouve face à Lui. Déjà ! La rencontre de Dieu est si simple ! Souvent, je m’assois sur ses genoux et j’épanche mon coeur ou bien je demeure blottie là. Mon enfant intérieur se livre totalement et j’en perçois un apaisement. Puis, je comprends, je prends de la hauteur. Jésus représente l’amour sans cesse offert, de manière personnelle, pour moi et pour chacun. Quand Il m’accueille, Il entend aussi et en même temps, la peine et la situation de tous. Auprès de Lui, je peux à la fois me sentir complètement et parfaitement comprise, et entendre la blessure ressenti par les autres. Il y a quelque chose d’intime, qui se passe à ce moment là, sans mot, ou précisément avec Le mot, La Phrase qui trace une voie claire et unifiée. 

L’imagination peut se décliner à l’infini. Je continue de l’explorer dès que l’occasion se présente. C’est une voie qui me met en contact avec le meilleur de moi-même.

Pourquoi est-ce si efficace ?

D’abord parce que j’y mêle un imaginaire à la fois plausible et souhaité : un plaussible, comme le dit Luc Vaucquié dans son livre Coacher avec l’hypnose conversationnelle. J’y ajoute des détails qui ont chacun un sens pour moi, et qui me permettent de m’y « sentir » complètement, à l’instant où je l’imagine.

Souvent, si un souvenir nous a marqué, c’est qu’il est associé à une émotion forte, et qu’il englobe tous nos sens : ainsi de la madeleine de Proust qui est respirée, regardée, goûtée et savourée, et qui charrie toute la tendresse de l’enfance.

Ensuite, ce lieu est aussi associé pour moi à l’accueil inconditionnel et bienveillant. Ma confiance est d’autant plus grande que j’ai conscience qu’il s’agit d’un lieu intérieur dans lequel les différents acteurs sont des parties de moi, des ressources d’accueil, de compassion, d’empathie, de reconnaissance, que je sollicite

Enfin le sanctuaire a une place privilégié ; il est le lieu de l’au-delà. Plus seulement une partie de moi, mais une réponse qui me dépasse foncièrement, une aptitude à l’amour de tous que je n’ai pas encore. C’est le Saint des Saints, ou pour reprendre ce que dit Jésus de Lui-même : « le chemin, la vérité, la vie ». Cette sagesse de vie que je vise, en cours d’imprégnation…

Un mot pour conclure

Cette description est évidemment éminemment personnelle, teintée par ma foi chrétienne, et elle acquiert sa puissance précisément parce qu’elle est en parfaite cohérence avec qui je suis et mes croyances existentielles.

J’espère que ce partage vous aiguille déjà pour créer l’image de soutien qui vous correspond. Je serais touchée que vous la partagiez à votre tour en commentaire.

Separator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *