TRANSMETTRE
Asterisk Contrôle IEF pour les 3-6 ans : à quoi s’attendre ? Comment se préparer ?
04/07/2019 Isabelle in TRANSMETTRE / No comments


A partir de septembre 2019, tous les enfants de France de plus de 3 ans (2 ans et 8 mois à la rentrée de septembre) devront être instruits. S’ils ne vont pas en maternelle, leurs parents seront soumis à une inspection annuelle, au même titre que les parents des jeunes de 6 à 16 ans instruits à la maison. Cette mesure soulève l’indignation, la suspicion et les craintes des familles concernées. Peut-on vraiment vérifier l’instruction d’un enfant si petit ? Est-il d’ailleurs souhaitable de l’instruire…? Le soumettra-t-on à des tests, comme ses aînés ? Et s’il réagit mal…? Quels seront les critères d’un bon rapport d’inspection ? Je n’ai pas la science infuse, mais je pratique depuis toujours l’instruction en famille pour mon enfant né en 2011. Je vous raconte les raisons de notre choix dans cet article. Je voudrais évoquer ici quelques pistes concrètes qui vous permettront je l’espère d’aborder sereinement et de manière constructive les changements à venir. 

I- A quoi sert la visite de l’inspecteur ?

1/ Interroger vos motivations

L’entretien aborde toujours (et souvent en 1er lieu) la question des raisons pour lesquelles vous avez choisi d’instruire votre enfant.

Respecter le rythme de mon enfant

Comme le rappelle Lisa Lise, auteure du blog Apprendre avec bonheur après avoir fait un sondage, 85% des parents répondent par le souci de respecter le rythme de leur enfant. C’est un argument de bon sens, respectable, surtout pour un tout petit. On pourra tout simplement parler de son besoin de faire de longues siestes l’après-midi. 

Lui permettre d’être au contact de personnes de tous âges

Pour moi, un autre argument central est de permettre à l’enfant d’évoluer dans la vraie vie, au contact de personnes variées, de tous âges. Qu’il s’agisse des voisins, des commerçants, des enfants rencontrés au square, des voisins, des cousins. Vous gagnerez à présenter la socialisation positive induite par votre choix d’instruction. 

Répondre à son besoin d’attention

Une dernière raison fondamentale à faire l’école à la maison en maternelle est à mon sens de permettre à l’enfant d’avoir un vis-à-vis adulte largement disponible qui lui accorde une attention véritable, qui le comprend (les enfants de 3 ans se font parfois encore comprendre à demi-mot), reformule ses phrases, enrichit son vocabulaire. Ca tombe bien : cela fait partie des compétences fondamentales à acquérir en cycle 1 (Petite et Moyenne Section de maternelle) !

2/ Observer vos valeurs

On le sait, l’Instruction en Famille souffre du préjugé d’être le noyau de groupes sectaires. Dans un contexte d’attentats terroristes, l’Etat intensifie la surveillance des familles qui pourraient être le nid d’une radicalisation politique et religieuse. Les inspecteurs recevront des recommandations à ce sujet. Tout l’enjeu de l’entretien d’inspection est de les rassurer sur vos intentions. Vous allez mettre en avant, tout au long de l’entretien, votre ouverture d’esprit, votre engagement citoyen, votre attachement aux valeurs de la République et votre désir de les transmettre à votre enfant, explicitement et par imprégnation.

3/ Vérifier la progression de votre enfant

C’est là que ça se corse, évidemment puisqu’à cet âge particulièrement, chaque enfant suit sa trajectoire. Quand l’un aligne les dessins, l’autre rechigne à tenir un crayon. L’un est-il en “avance” quand l’autre est en “retard” ? Evidemment non. Chacun évolue à son rythme selon des “phases sensibles” bien présentées par Maria Montessori. Préparez un exposé clair (une idée, un exemple) sur ce que votre enfant a déjà acquis, quand et dans quel contexte; ce que vous repérez actuellement comme centre d’intérêt et aptitudes et ce que vous avez en tête pour les prochains mois en terme d’évolutions, tout en réitérant votre désir de vous adapter à lui et en faisant référence au socle commun des connaissances.

II- La référence au socle commun

L’inspecteur est imprégné par le socle commun des connaissances. Pour l’inspection des enfants de plus de 6 ans, l’inspecteur reprend point par point chaque compétence en demandant au parent instructeur où en est l’enfant (pour savoir si la compétence est acquise ou en cours d’acquisition : c’est informatif) et quels sont les moyens déployés pour l’acquérir. Dans la mesure où il existe un grille de compétence dès la petite section, il y a fort à parier que l’entretien tournera autour. Le meilleur moyen de vous préparer au contrôle de l’instruction de votre enfant de 3 à 6 ans est de consulter ce tableau de compétences et de voir où en est votre enfant. L’entretien est une occasion pour vous de mettre à plat ce que vous connaissez de lui, de valoriser ce que vous faites déjà, et peut-être d’obtenir des conseils pour la suite. Solliciter des conseils sur des points précis est une manière de montrer votre ouverture, et votre souci d’être en dialogue. C’est  un point de communication stratégique, mais ça peut être aussi l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau. 

III- Quels supports présenter ?

La question est récurrente et soulève l’ironie : dois-je préparer une compilation des meilleurs dessins de mon enfant ?

Vous le savez si vous avez lu notre parcours, mon enfant n’a pas touché un stylo avant l’âge de 5 ans. Que se serait-il passé si nous avions été inspectés alors ? J’aurais tout simplement présenté notre cahier de vie, dans lequel je recensais les sorties, les découvertes, les chansons, etc. Tout ce qui méritait d’être raconté. Il se passe beaucoup de choses dans la vie d’un enfant ; il ne s’agit pas de tout dire, de tenir un journal quotidien, mais d’apprendre à regarder et à raconter d’une manière générale et factuelle une sortie au cirque, une promenade en forêt, un livre préféré, la description d’une saison, la manière dont l’enfant s’est comporté au square en valorisant et en encourageant. Tout peut être l’objet d’un récit. 

Ce récit a un immense mérite : il aide l’enfant à faire mémoire, à un âge où l’on vit intensément dans le présent. Et à force de vous voir remplir son cahier de vie, il voudra participer et se l’approprier en vous dictant tel ou tel moment. Soyez sûr qu’il y aura un attachement affectif. Votre enfant aura plaisir à le consulter. Particulièrement si vous y mettez de nombreuses images (photos, dessins, billets d’entrée, cartes postales reçues, des feuilles ramassées dans la forêt). 

L’inspecteur pourra ainsi vérifier ce que vous avez vécu avec votre enfant, son évolution mais aussi votre regard d’éducateur. En effet, vous pouvez aussi parler du caractère de votre enfant, de son type de mémoire, de ce qui lui plaît, des points d’efforts faits à telle période. Vous pouvez aussi mettre par écrit une routine avec, par exemple le process de rangement de la chambre le soir. Ou les règles à respecter au square.

L’inspecteur pourra constater ainsi tout ce que votre enfant apprend de manière informelle et progressive

Et vous : vous sentez-vous serein(e) ? Avez-vous d’autres idées à proposer ? 

Voir aussi :

Voir tous les articles sur l’école à la maison

Separator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *