Archives

Separator
Asterisk AUTO-COACHING : ETRE A SOI-MEME SON PROPRE SOUTIEN
22/10/2018 Isabelle in SE RE-DECOUVRIR / No comments

N’avez-vous jamais rêvé de trouver une personne qui sache exactement où vous en êtes, qui cerne immédiatement vos difficultés et trouve les mots que vous attendez pour vous réconforter et vous rebooster ? Moi si. Et je l’ai trouvé : cette personne, c’est moi ! Ne suis-je pas la mieux placée pour me connaître, me soutenir, savoir quoi dire et quand me taire et être juste là ? Voyons ensemble comment s’y prendre pour devenir son propre coach !

LE REVE DU MEILLEUR AMI

Vous avez une petit coup de mou aujourd’hui ? Vous êtes franchement au fond du trou ? Tout est noir et morose. Vous n’avez ni courage ni ressort.

Ah… si seulement « cet » ami était là, lui, l’indéfectible soutien. Il saurait quoi faire, quoi dire, et vous vous sentirez mieux…

Mais au fait, que ferait-il ?

  • Selon moi, déjà, il serait là tout de suite. Vous n’allez pas bien, il rapplique. Il n’est pas au milieu d’une réunion, en plein rdv galant, pris « par un truc important ». Non : il saisit la gravité de la situation et il est là. C’est magique !
  • Bien sûr, sa présence serait en soi un réconfort.
  • Et il vous écouterait attentivement. 10 minutes, une heure. Peu importe. Autant que vous en ressentez le besoin.

  • Il va sans dire qu’il vous comprendrait, saisissant complètement votre problématique.
  • Il partagerait votre douleur et sa compassion serait un baume sur votre coeur.
  • Il pourrait se taire car un grand silence vaut parfois mieux que des conseils.
  • Ou parler : posant si besoin une question en passant, pour lever le voile sur un aspect apparemment insignifiant de sorte que tout d’un coup, votre récit prenne une nouvelle teneur, plus légère, ouvrant des perspectives enthousiasmantes. Le miracle !

Etes-vous d’accord ? Lui voyez-vous d’autres qualités à cet ami rêvé ?

 

AMI CONCRET ? VIS-A-VIS POUR LA VIE ? METAPHORE DIVINE ?

Cet ami-là, certains le connaissent : c’est leur « meilleur ami ». Leur conjoint peut-être. Dieu, qui sait ?

Il savent qu’il est là, qu’il ne les lâchera pas, et qu’il saura toujours s’y prendre.

Ils savent qu’avec lui, ils pourront traverser toutes les difficultés, avancer dans la vie quoi qu’il arrive.

Et cela leur donne une assise impressionnante.

Avez-vous cet ami ? Est-ce votre voeu le plus cher de le rencontrer ?

 

Un ami, un confident, toujours là… un rêve ?

 

CE QUE CE DESIR D’AMI NOUS APPREND

Qu’il existe ou pas, ce rêve de l’ami parfait nous donne un repère.

Il nous aide à cerner ce que nous attendons vraiment. Ce qui nous importe. Nos besoins fondamentaux.

Besoin de présence. D’un interlocuteur qui ne compte pas son temps.

Besoin d’attention. Besoin de sentir rejoint. Compris.

Besoin de  s’ouvrir à ce qui nous habite profondément. Besoin de s’exprimer. De partager son ressenti, ses questions.

Besoin d’un truc en plus. Qui élargisse notre regard. Nous fasse percevoir la situation autrement. Besoin de le discerner par soi-même.

Besoin d’être maître de sa vie. De ses découvertes.

Besoin d’être accompagné pour cela.

 

Est-ce que ces besoins vous rejoignent ? Comment pourriez-vous nommer vos besoins ?

 

LE BIENFAIT DE NOMMER CE QUI EST

Jean-Jacques Crèvecoeur, dans Relations et jeux de pouvoir, nous apprend qu’un besoin « doit toujours être pris en compte, sous peine d’occasionner à la personne un déséquilibre à plus ou moins long terme ».

Regarder ses besoins serait donc nécessaire pour la santé !

J’ajoute que le simple fait de les sortir de l’ombre, de leur donner une existence, c’est déjà se sentir mieux.

Ensuite, une fois que je les ai repérés, je peux chercher posément comment faire avec. Trouver des solutions, ou simplement grandir en maturité : peut-être que je n’aurais pas tout… et que je pourrais être heureux malgré tout !

Qu’en pensez-vous ?

RETOURNER LA SITUATION : ETRE ACTEUR DE MA VIE

J’attends quelqu’un qui m’apporte ce dont j’ai besoin. Le pourra-t-il jamais complètement ?

Aujourd’hui, si je lis cet article, c’est que j’ai le niveau de base : lecture, vocabulaire… intérêt pour le développement personnel.

Qu’est-ce qui m’empêche aujourd’hui d’exprimer ce que voudrais m’entendre dire ?

J’ai nommé mes besoins. Je peux maintenant écrire les paroles que j’attends.

Vous verrez, cet exercice est très puissant !

VISUALISER MON « MOI » RECONFORTANT

Si la situation pénible que je traverse fait écho à une situation passée, j’ai une perche pour aller mieux.

Je peux regarder ce « moi passé », plus jeune, moins armé peut-être, qui se prend une claque, qui se sent triste et abattu, perdu peut-être. Et de même que je trouverais naturellement des mots pour apaiser le chagrin d’un enfant, je peux lui dire que je suis là, que je ne l’abandonnerai jamais, qu’il dépassera cela. Et lui redonner espoir.

 

Et trouver un geste affectueux : une main sur l’épaule, le prendre dans mes bras, sécher ses larmes.`

En me replongeant dans les circonstances exactes de mon désarroi passé, en tant qu’acteur présent, je m’apporte des forces neuves.

L’avez-vous déjà expérimenté ?

Et si je pouvais le faire dès maintenant : de mon « moi présent » à mon « moi présent » ? En percevez-vous l’impact ?

Continue reading
Asterisk AUTO-HYPNOSE : PROTOCOLE DE VISUALISATION
15/12/2018 Isabelle in SE RE-DECOUVRIR / one comment

Vous le savez si vous avez lu mon article sur l’auto-hypnose, il s’agit selon moi d’un outil puissant de connaissance de soi, d’intégration de notre histoire ; mais l’auto-hypnose peut aussi permettre d’accélerer la réalisation de nos objectifs. Pourquoi s’en priver ? Pour vous initier, j’ai rédigé un protocole d’auto-hypnose, une manière (parmi d’autres) d’entrer dans cet exercice. Une expérience à découvrir…

 PREALABLES

Travail avec une feuille et un stylo !

Avant de commencer la séance d’auto-hypnose, prenez le temps d’écrire ce que vous en attendez

Avant toute chose, un défrichage s’impose, crayon en main : sur quoi souhaitez-vous « travailler » ? Quelle est votre préoccupation ? Que voudriez-vous voir changer ou plutôt faire émerger dans votre vie ? Et dans combien de temps ? Soyez le plus précis possible dans votre description.

Un endroit calme et serein 

Veillez à ce que personne ne vous dérange !

Choisissez un moment où vous ne serez pas dérangé, et un endroit calme. Au besoin, vous pouvez mettre des boules quies ou un casque.

Déterminez à peu près le temps que vous souhaitez consacrer à cet exercice

Déterminer à l’avance le temps qu’on veut consacrer à la séance va inciter naturellement le corps à le respecter

Le fait d’y avoir pensé auparavant va induire naturellement le respect de ce temps, sans même que vous y fassiez attention.

RELAXATION

Allongez-vous, mettez-vous en tailleur sur un coussin, ou bien assis (si possible sans vous adosser pour rester vigilant).

Se détendre complètement pour entrer en auto-hypnose

Respirez profondément à plusieurs reprises. Sentez l’air qui pénètre en vous, qui passe à travers vos narines. Sentez vos poumons, votre ventre qui se gonflent. Sentez la détente qui se fait quand vous êtes attentif à votre respiration.

Quand vous le sentez, vous pouvez fermer vos paupières, vous laisser aller.

Si vous le voulez, posez maintenant vos mains sur votre ventre pour percevoir les mouvements de votre corps à l’inspiration et à l’expiration. Appréciez le bercement de cette respiration. Percevez-vous ce qui se passe à l’intérieur de vous ? 

ACCUEILLIR LES TENSIONS

Le stress provoque souvent des tensions dans le cou. Se mettre en présence de cette douleur a un impact sur le ressenti.

Portez votre attention au-dedans. Si vous ressentez une tension à un quelconque endroit de votre corps, allez mentalement jusqu’à cet endroit, demeurez-y pour accueillir ce qui s’y passe. Juste être là, accueillir. Notre corps parle à sa manière et souhaite comme nous être entendu. Demeurez là si vous le souhaitez, autant que vous le souhaitez.

SURVOLER LE CORPS EN PRESENCE

Voyageons maintenant dans ce corps, avec lequel vous vivez, qui vous accompagne fidèlement de votre conception à votre mort. Chaque cellule y a son importance. La vie circule en vous. 

Votre squelette est UN

De l’extérieur, on voit si peu ce qui se passe vraiment en nous !

Vous pouvez porter votre attention sur votre squelette qui ne fait qu’un, avec des articulations qui lui permettent de se mouvoir.

Soyez dans votre crâne, votre mâchoire, votre trachée, vos côtes, les os de vos bras et de vos mains, votre colonne vertébrale, vos hanches, les os de vos jambes et de vos pieds. Tous ces os sont reliés. Passez de l’un à l’autre mentalement.

Le sang vous irrigue

Le sang circule dans tout notre corps sans que nous le sentions

Le sang circule dans vos muscles, vos organes. Vous êtes sans cesse irrigués.

Des influx nerveux vous traversent. Vous êtes prévenu en un éclair d’une douleur ou du plaisir, du bien être, de la faim ou de la satiété. Votre corps vous informe pour que vous usiez pleinement de ses capacités. 

Les innombrables pensées traitées par votre cerveau

Un cerveau en ébullition. Des milliers de pensées peuvent le traverser en un instant

Passons maintenant dans votre tête, votre cerveau si complexe, qui draine une quantité inouïe de pensées à tout instant. Il perçoit, analyse, conçoit des choix, donne l’impulsion d’agir. Quelle merveille à chaque instant. Nous sommes doués de tant de fonctions, d’une si grande capacité de réflexion. Notre cerveau vit et évolue, s’adapte aux circonstances, aux connaissances. 

Les organes silencieux

Percevez-vous intellectuellement combien nos organes travaillent pour nous : cette digestion qui se fait tandis que nous reprenons nos activités, ces cellules de la peau, des cheveux, des ongles qui se recréent, l’usine des poumons qui filtre l’air, nos organes génitaux qui vivent au rythme de nos hormones.

Les battements du coeur

Ecoutons un instant les battements de notre coeur sans lesquels nous ne serions pas en vie

Percevez-vous les battements de votre coeur en vous ? Vous pouvez poser votre main droit sur votre coeur et demeurer là un instant. Votre corps travaille pour vous, souvent à votre insu. Une re-création constante. Quelle merveille de complexité. Qu’est-ce que cela vous inspire ? Comment vous sentez-vous avec la conscience de ce qui vous habite ?

TROUVER EN SOI UN SOCLE

Où est-ce que je me sens en sécurité, en moi ? Le coeur en est-il la porte d’entrée ?

Dans ce corps qui est UN, demeurez autant que vous le souhaitez. Visitez une zone, selon votre inspiration. Et essayez de discerner un endroit secure, un lieu en vous où vous vous sentiez bien, extérieur au brouhaha du monde. Cela peut être dans votre bas ventre ou au niveau de votre nombril, un lieu où la respiration se fait plus calme.

ENTREE EN AUTO-HYPNOSE : 

L’escalier pour entrer en auto-hypnose

Je descends une à une les marches qui me conduisent vers l’intérieur de moi-même, en auto-hypnose

En vous, dans cet endroit qui semble à part, ou bien juste en étant présent à votre respiration, et en pensant à cet endroit en vous qui est plus profond à vous-même que vous-même, je vous invite à vous imaginer maintenant en haut d’un escalier. Et vous vous apprêtez à le descendre. Où va-t-il selon vous ? Qu’est-ce qui vous vient à ce sujet ? C’est tout à fait libre : laissez venir l’environnement. Puis, intérieurement, tandis que vous allez lentement descendre cet escalier,  prononcez un décompte en partant de 10 et vous rapprochant lentement de 0. Vous descendez cet escalier et à chaque marche, vous prononcez un chiffre. Vous entrez au fond de vous-même, en vous. Pour vous ressourcez, explorez de nouvelles possibilités, vous connaître à travers ce que votre Inconscient vous communique.

La porte et le jardin intérieurs

Où cet escalier s’arrête ? Laissez votre Inconscient le déterminer. Comment ça se passe en vous ? Où êtes-vous ? 

Au bout de l’escalier, une pièce, qui conduit à une porte. Et de l’autre côté…

Vous pouvez si vous le souhaitez, arrivé au 0, visualiser une petite pièce, avec une petite porte, comme celle qu’Alice a franchie pour pénétrer dans le pays des merveilles…

Vous avez la clef, tournez la serrure, entrez. Comment est-ce : voyez-vous un parterre de verdure, une lumière douce et naturelle qui réchauffe ? 

Allongé dans l’herbe, en vous

Allongé dans l’herbe, vous vous sentez bien, prêt à explorer cet objectif qui vous tient à coeur, tel un journaliste

Vous pouvez vous allonger et vous détendre complètement tandis que chacune de vos cellules sent les bienfaits de ce contact avec la terre. Votre peau perçoit la douceur de l’herbe comme celle de la contrée des Hobbits… et vous pouvez vous sentir relié à la terre. Quelque part, sous cette terre, à des milliers de km, il y a le noyau de la terre et son énergie fantastique. Et ce soleil qui brille sur vous est lui aussi une source intarissable de régénérescence. 

VISUALISATION

Se voir ayant atteint l’objectif

Savoir parler en public, un objectif d’auto-hypnose

Dans cet état de profonde relaxation, je vous invite à laisser émerger ce voeu que vous portez pour la suite, cet objectif que vous souhaiteriez atteindre. Voyez-vous ayant atteint cet objectif. Dans quel état êtes-vous ? Sentez l’euphorie qui vous envahit, la satisfaction, la fierté. Voyez le contexte de cette réussite, les personnes qui vous félicitent, ce que vous ressentez à ce moment là. Restez là avec cet objectif atteint, et décrivez la scène : « je suis à tel endroit, j’ai complètement réussi à…, je me sens absolument…, je perçois que…., autour de moi, cette réussite provoque…, et cela me fait…. ». Vous êtes cette personne qui a atteint son objectif. Cette personne est en vous, elle est une partie de vous

Se parler de son soi futur à son soi présent

Le « moi » qui a atteint son objectif est le meilleur partenaire du « moi » qui cherche à l’atteindre

Alors cette personne peut parler à celle qui est là maintenant, l’encourager et décrire les pas concrets à faire pour atteindre son but, l’accompagner avec des mots justes, qui valorisent ce que vous êtes aujourd’hui et qui va permettre justement à cet objectif d’être atteint. Ces mots sont porteurs d’espoir et d’un enthousiasme dont vous pouvez vous imprégner totalement.Vous êtes à vous -même votre meilleur coach, comme je l’expliquais déjà dans un article sur l’auto-coaching. Vous connaissez vos qualités, vous connaissez les ressources et le chemin, et vous allez vous surprendre. Demeurez dans cet état, en en explorant les différentes facettes. 

Ancrer des résolutions à travers des paroles au présent

Quand nous sommes totalement en nous-même, les mots que nous prononçons ont valeur de vérité opérante

Ancrez en vous des paroles qui font sens pour vous, avec lesquelles vous vous sentez aligné, qui vous correspondent totalement. Et pour accompagner ce chemin, vous pouvez prendre une résolution : « A partir de maintenant, j’avance de fonction de mon objectif de… », « j’agis pour devenir…. », « je progresse vers… », « je me sens totalement…. » 

SORTIE D’HYPNOSE

Respirez profondément

Goûtez ces paroles que vous vous dites. Appréciez ce moment. Et quand vous le sentez, respirez profondément en vous rappelant à l’idée que vous allez bientôt maintenant revenir ici et maintenant, dans votre fauteuil, sur votre lit, assis sur ce coussin. Mais avec quelque chose de nouveau, de vivant en vous, la trace perceptible de ce voyage intérieur que vous venez d’accomplir. Peut-être cette phrase qui marque un changement. Cette sensation de bien-être. Cette impression de vous être rencontré vraiment. Que c’est possible.

Quelque chose en vous a changé. L’auto-hypnose transforme le regard.

Prenez tout le temps pour respirer profondément, et vous imaginer maintenant reprenant vos activités avec un regard neuf

Ouvrez les yeux et observez

Quand vous le sentez, vous pouvez rouvrir les yeux et prendre tout votre temps pour observer votre environnement.

Revivez un instant le voyage accompli, les découvertes. Exprimez votre gratitude. Promettez vous peut-être de revenir bientôt, fixez un prochain rdv en présence de vous-même, pour revisiter ce même objectif afin de l’ancrer profondément.

Revenez ici et maintenant. Imperceptiblement, quelque chose a changé. Vous êtes ouvert aux possibles

Et vous, quelle  est votre expérience de l’auto-hypnose ? Cet exercice vous a-t-il plu ? N’hésitez pas à en témoigner en commentaire !

Continue reading
Asterisk COMMENT DEPASSER LE DOUTE ?
23/10/2018 Isabelle in SE RE-DECOUVRIR / No comments

Tout semble aller BIEN. Objectivement. Vous poursuivez votre objectif. Vous pensez en avoir les compétences. Tout le monde vous y encourage (en tous cas, c’est globalement votre impression). Et pourtant, vous vous sentez tout d’un coup paralysé. Impossible d’aller plus loin : vous DOUTEZ. Mais d’où vient ce doute ? Et surtout : comment le désamorcer ou plutôt : le traverser !?

 

QUAND LE MENTAL PREND TOUTE LA PLACE

Le doute est une hésitation extrême. Tout devrait aller pour le mieux mais on n’ose plus. Il y a comme un noeud, quelque chose qui coince, et vous sentez sûrement que ça vient de là haut, de la tête. D’un enchevêtrement de pensées tout à fait logiques, auxquelles vous adhérez complètement ; impossible donc de les interroger; vous vous retrouver seulement avec la conviction immédiate et implacable que vous ne pouvez pas.

 

 

DANS LE DOUTE, C’EST LE CORPS QUI PARLE

Que se passe-t-il ? Bonne nouvelle : notre corps tire tout simplement la sonnette d’alarme :

NON, il n’ira pas plus loin dans ces conditions !

Ça ne veut pas dire qu’il n’ira pas plus loin, mais PAS COMME CA !

La pause s’impose pour sortir de l’ombre ce magma de pensées apparemment justes et foncièrement destructrices.

 

EN QUELQUES INSTANTS, UNE ASSOCIATION DE PENSEES PLOMBANTES

Je vous l’ai déjà partagé (dans l’article sur l’auto-hypnose) : 40 à 60.000 pensées nous traversent chaque jour. Une déferlante. Que dis-je : une cascade ! En une seconde, vous pouvez avoir produit intérieurement une centaine d’idées, à base de de réminiscences, de problèmes actuels qui tournent en boucle et surtout… de considérations sur la vie.

10.000 CONSIDERATIONS SUR LA VIE…

Certaines sont positives et nous aident à avancer : je sais qu’après l’hiver glacial, le doux printemps finira par arriver. Je sais que certains réussissent, et pourquoi pas moi, j’en ai la preuve. Je sais que l’effort est récompensé et ainsi je suis motivé à persévérer. Etc. Etc.

Mais certaines pensées nous handicapent littéralement :

je me convaincs par exemple, j’aila preuve irréfutable, et dix exemples à l’appui, que personne ne retrouve de travail après 50 ans, que la vie est dure et que tout le monde en bave c’est normal, qu’il convient de se résigner pour faire face, etc etc.

 

Les plus morbides sont celles qui attaquent notre identité : lorsque je me convaincs que je suis un salopard, que ma vie est un échec, qu’il n’y a rien de bon à tirer à mon âge, etc etc.

 

 

LES PENSEES S’ENCHAINENT PAR ASSOCIATION

Comment ça se passe ? Les pensées s’enchaînent par association. Toujours. Une pensée surgit et j’en déduis quelques chose  ; cela fait écho à une autre, qui renvoie à une autre, qui replonge dans un souvenir, qui lui même a sa conclusion dramatique.

Certaine  de ces enchaînement peuvent vous conduire à votre perte.

Particulièrement si vous ne vous en apercevez pas.

 

QUAND UN EVENEMENT VOUS ARRIVE, QU’EN DEDUISEZ VOUS ?

Le clef est dans l’interprétation des faits. Une ampoule qui grille, bof, se prendre les pieds dans un lego, habituel, avoir un PV, ça arrive.

Mais je peux aussi me convaincre, l’air de rien, de ma nullité, de ma malchance, des autres responsables de mon malheur, etc. etc.

Vous voyez le principe ?

 

ET DONC ?

Et donc : si je remonte le fil de mes pensées, en distinguant les faits et ce que j’en ai déduit, si je prends conscience de ce que je me suis dit à moi-même et que j’y réponds intérieurement autrement (cf l’article sur l’auto-coaching), alors : j’irais mieux !

Le simple fait de décortiquer mes pensées, de réaliser ce qui s’est passé apporte déjà un soulagement.

Mais si en plus je peux y répondre point par point par des paroles de compréhension, de dé-dramatisation et d’encouragement, alors, je repartirai du bon pied !

Il s’agit d’entendre ce que je me suis dit, de l’accueillir, et d’y répondre avec la voix du parent encourageant en moi (cf analyse transactionnelle).

Vous voyez ce que je veux dire ?

Continue reading