TRANSMETTRE
Asterisk 4 bonnes raisons d’utiliser des appli éducatives en IEF
26/11/2019 Isabelle in TRANSMETTRE / No comments

Quand je partage sur les groupes de parents instructeurs que j’utilise la tablette pour instruire mon enfant, je sens parfois se dresser un lobby de parents « anti-écran ». Pourquoi cette réticence ? Sûrement parce que les plus grands promoteurs de ces technologies ont choisi d’inscrire leurs enfants avec des méthodes traditionnelles et de les tenir éloignés des écrans. Alors moi, pauvre mortelle, je devrais quand même comprendre le message : pour sa santé mentale, et si je veux qu’il excelle, mon enfant devrait s’abstenir d’apprendre sur écran. Mais est-ce bien si simple ? N’y a-t-il pas des avantages indéniables à utiliser la tablette dans le cadre de l’instruction ? Qu’est-ce qu’elle apporte de plus que l’enseignement classique ? Et comment le mesurer ? Voici 4 bonnes raisons d’utiliser des applications éducatives dans le cadre de l’instruction en famille.

1 – Du fun

Même les parents qui refusent l’accès aux nouvelles technologies à leurs enfants ne peuvent le nier : les applications, c’est une manière d’apprendre en s’amusant. Le graphisme, l’ergonomie, les récompenses, tout est fait pour que l’enfant ait envie d’apprendre. Et ça marche : il oublie qu’il travaille parce qu’il s’amuse, et c’est ça qui compte pour lui. Résultat : tout lui paraît plus simple. Mon enfant peut ainsi passer plus d’une demie-heure absorbé dans la résolution de ses divisions sur MyBlee. Il progresse sans même en avoir l’impression, quand cet exercice m’a paru si fastidieux étant enfant.

2 – De l’autonomie et une évolution positive dans la relation avec l’adulte

Avec la tablette, l’enfant est dans son monde. Rapidement, il préfère travailler seul. Il progresse, mais la présence du parent instructeur n’est plus aussi nécessaire. L’enfant aime toujours savoir qu’il peut lui demander son aide, lui raconter ce qu’il a fait, lui rapporter ses résultats. Mais ce n’est plus le rapport parent-enseignant, enfant-élève classique de l’école à la maison, avec l’un qui sait et transmet, et l’autre qui se fait le réceptacle. Cela fait grandir l’enfant, lui donne confiance en lui, et crée comme un espace, un appel d’air bienfaisant qui renouvelle la relation. 

3 – De la clarté et de la mise en pratique immédiate

Par ailleurs, ces interfaces de travail sont minutieusement étudiées, souvent par des enseignants, pour que le temps de travail soit optimisé. Les leçons sont concises. Elles vont à l’essentiel. L’enfant apprend une notion et une seule. Et il peut l’écouter à nouveau s’il n’a pas compris. A contrario, dans une classe ou même en cours particulier, la personne qui instruit fait souvent des digressions, s’interrompt pour reprendre un élève, faire autre chose. Et si l’enfant lui demande de reprendre la leçon deux-trois fois, elle peut centrer le propos sur son inattention,  et-ou chercher d’autres mots comme si le fait d’expliquer autrement était la seule solution pour que l’enfant retienne. Or on remarque que les leçons courtes, formulées simplement et clairement, réécoutées au besoin, sont efficaces. Particulièrement si l’enfant peut les mettre en pratique immédiatement. Dans les applications éducatives, quand il se sent prêt, l’enfant s’exerce. La routine est toujours la même, le cadre assure la conviction de réussir à tous les coups. Si en court de route, l’enfant a l’impression de ne pas avoir tout compris, il peut faire un aller-retour avec la leçon. Et l’enseignant  la répète sur le même ton idéalement bienveillant. Ainsi l’enfant est immergé dans son processus d’apprentissage avec une progression garantie. 

4 – De la fierté

Last but not least, l’enfant est félicité quand il réussit et encouragé à continuer s’il se trompe. Ainsi, il est centré sur la joie de réussir, sur sa progression qu’il me rapporte fidèlement après chaque séance. Le voir tellement enthousiaste dans ses apprentissages est en soi convaincant. Un enfant a besoin de ressentir qu’il réussit, qu’il est bon, pour continuer et créer ce cercle vertueux de l’envie d’apprendre. Si les applications éducatives peuvent participer à cette stimulation fondamentale, personnellement, j’applaudis des deux mains !

Et vous, utilisez-vous des applications éducatives ? Avez-vous des idées à partager ?

Separator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *